Le renard Tokela & Sorcière blanche (2016)

Posted on

Aimez-vous les contes et les légendes des peuples autochtones, leurs univers uniques, riches et envoûtants ?.. Alors, les deux livres dont je vous parlerai aujourd’hui sont pour vous !

  • le-renard-tokelaAuteur :  Pog
  • Illustratrice : Marianne Alexandre
  • Éditeur : Des ronds dans l’O jeunesse

Quatrième de couverture : Lorsque les caribous entament leur grande migration, la tradition veut que les jeunes du peuple des sept feux partent en quête de leur animal totem. Ils doivent le tuer et se recouvrir de sa peau pour rentrer au village, mais la jeune Winona ne peut s’y résoudre.

Pourquoi est-ce que je l’ai aimé ? Winona, une jeune adolescente au grand cœur, fait partie de la tribu des Oceti sakowin oyate, le peuple des sept feux. Ici, comme dans chaque tribu, les traditions occupent la place centrale dans la vie des gens, et même les plus jeunes sont obligés de les respecter. Comme, par exemple, cette coutume qui prescrit aux adolescents de partir à la chasse de leur animal totem et de le tuer afin de s’assurer sa protection pour toujours. Sauf que cela pose un grand problème à Winona car elle déteste la chasse et l’idée de priver un être vivant de sa vie lui est insupportable. Pour ne pas décevoir ses parents, la jeune fille, larmes aux yeux et cœur lourd, court dans la forêt et se prépare à attaquer sa proie : le renard Tokela. Mais elle n’en est pas capable, et la voilà effondrée devant l’animal qui l’observe d’un œil bienveillant et lui promet son amour jusqu’à la fin de ses jours. C’est  alors le renard qui a une idée maligne pour aider Winona à revenir dans son village comme une vraie guerrière, sans provoquer de suspicions de la part des adultes. Leur plan causera un grand changement au sein de la tribu ainsi qu’une remise en cause de l’importance des traditions dans leur vie.

Ce beau conte nous est offert par la plume poétique de Pog qui traduit très bien l’ambiance amérindienne grâce au style narratif et au vocabulaire caractéristique de la vie des tribus de l’époque. Le texte, affiné et précis, emporte le lecteur avec facilité au cœur des événements aussi bien que dans le tourbillon des questionnements, des décisions et des émotions vécus par Winona tout au long de son aventure. Marianne Alexandre habille le récit de ses illustrations à l’aquarelle aux tonalités chaleureuses et automnales, fascinantes dans leur force et leur expressivité. Tout en élégance et richesse, elles s’étalent généreusement sur les pages de l’album en nous invitant doucement à franchir les frontières du temps et de l’espace pour pénétrer dans cette ambiance particulière, où la beauté de l’empathie et la puissance de l’amitié ont raison de l’insensibilité des traditions archaïques. Un bijou d’album qui saura séduire les enfants, surtout ceux et celles qui se passionnent pour les héros amérindiens !

 

  • sorciere-blancheAuteur : Carl Norac
  • Illustratrice : Ghislaine Herbéra
  • Éditeur : A pas de loups

Quatrième de couverture : Connais-tu la sorcière dont parlent souvent les enfants inuits ? Pour la première fois, dans ce livre, tu la découvriras. Tu y rencontreras aussi le mystérieux garçon-au-sourire. Qui des deux devine le mieux les secrets magiques du grand pays blanc ?

Pourquoi est-ce que je l’ai aimé ? Qui est cette vieille dame habillée en blanc qui avance rapidement dans la plaine enneigée ? Que cache-t-elle dans sa hotte qu’elle porte sur le dos ?.. La dame, c’est la sorcière blanche, Amârsiniôq. Et dans sa hotte, elle cache une petite fille au nom de Smilla. Car, plus que tout au monde, la sorcière désire avoir un enfant. Même si pour cela il faut en enlever un. Miki, le père de Smilla, est désespéré : il ne trouve sa fille nulle part, et le chamane, qui est censé tout connaître, refuse de l’aider car il n’a pas d’argent. Pourtant, il y a quelqu’un qui prétend savoir où est Smilla et qui est prêt à se lancer à sa recherche. C’est Anuun, « le garçon-au-sourire », qui est constamment sujet aux moqueries des autres à cause de son air un peu simplet. Malgré le scepticisme de Miki, Anuun part sauver Smilla, même s’il doit aller à pied dans cette blancheur froide et cet air glacé. Grâce à sa chanson magique, le garçon parvient à sortir la petite fille de la maison de la sorcière, mais celle-ci s’en aperçoit rapidement. Il s’ensuit alors une folle course-poursuite où Anuun et Amârsiniôq déploient respectivement leurs pouvoirs pour se battre « avec les esprits ». C’est le garçon-au-sourire qui gagne et ramène Smilla en sécurité dans la maison paternelle. Sauf que tout n’est pas fini encore : depuis ce jour, la petite fille ne parle plus, ne sourit plus. Anuun comprend qu’il doit absolument retourner chez la sorcière blanche pour récupérer l’âme de Smilla qui est toujours possédée par Amârsiniôq…

Voilà un très beau conte au contenu riche et poétique qui propose une plongée dans le monde nordique à travers des traditions et croyances inuites. Carl Norac qui possède le talent d’un vrai conteur nous entraîne dans cet univers méconnu et mystérieux avec grâce et fluidité. Nous nous laissons bercer par des répétions, questions et descriptions envoûtantes, par des mots ciselés et imagés, par ce récit aux touches mythologiques qui s’écoule au rythme des pas du protagoniste, de ses épreuves, de ses respirations, des battements de son cœur rempli de tendresse. Car il y a beaucoup de tendresse dans ce livre, malgré la sorcellerie et l’intolérance des chasseurs envers le garçon « idiot ». La fascination de ce récit musical vaut également pour les illustrations d’une grande inspiration visuelle. La palette sombre, le symbolisme bien présent, les éléments folkloriques, les gestes suspendus ou les regards vides – tout est pourvu de sens et insuffle au conte une force et une beauté singulières. Un album original et d’une grande qualité dont le charme se prolonge au-delà des pages. A ajouter dans nos bibliothèques !

sorciere-blanche2

Recommandé pour :

Lecture partagée étoile_baladenpageétoile_baladenpageétoile_baladenpageétoile_baladenpageétoile_baladenpage
Lecture/animation en groupe étoile_baladenpageétoile_baladenpageétoile_baladenpage

Note : chroniques réalisées dans le cadre d’un service de presse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *